STOP !

La coupe est pleine. 

Durant des mois, nous avons démarché une série d’acteurs pour défendre notre image, nos emplois et, surtout, pour convaincre ces personnes « influentes » de la criticité de NRB.

Le résultat théorique : un plan Marco Polo qui devait nous permettre de nous redéployer à moyen terme.

Dans la pratique :

  • Ethias ne cesse de torturer ce plan et de vouloir faire payer ses errances dans le dossier Guidewire à NRB… Seul acteur que l’on peut truander à souhait : quand la relation client/fournisseur entre Ethias et NRB ne donne pas les résultats escomptés, Ethias utilise sa casquette d’actionnaire principal face à sa société esclave qui n’a plus qu’à s’aplatir. A ce jour Marco Polo n’est toujours pas signé : Ethias continue à le transformer au gré de ses difficultés dans d’autres dossiers.
  • Ethias, avec cette deuxième casquette, nous impose des coûts en contradiction totale avec leurs engagements financiers de départ : lorsque Mc Kinsey nous est imposé, le conseil d’Entreprise nous informe que le coût sera logiquement assumé par Ethias. Quelques mois plus tard, lors du Conseil d’Entreprise financier, les représentants du personnel se rendent compte que c’est NRB qui doit en réalité en assumer la facture ! Quelle saine gestion que d’imposer à tous les actionnaires de NRB le coût de la remise en équerre de la relation NRB/Ethias !
  • Ethias n’assume plus sa position d’actionnaire principal afin de garantir la pérennité de NRB. Comment ces Top Managers, qui doivent nous indiquer le cap à suivre, peuvent-ils tergiverser sur l’avenir de 2.000 travailleurs  en laissant NRB sans CEO effectif ? Comment peut-on espérer alimenter notre redéploiement si notre porte-étendard est de facto en « affaires courantes » ? Laisser perdurer cette situation est totalement inacceptable, voire criminel pour l’entreprise... Ces mêmes personnes qui ne décident pas n’auront jamais à assumer leur non-choix : leur mise à la retraite prochaine les exonérera automatiquement de la responsabilité du naufrage de NRB et, n’ayons pas peur de l’écrire, de la catastrophe annoncée de Guidewire. 
  • Les acteurs anti-NRB d’Ethias se montrent de plus en plus virulents : à raison, puisque plus personne ne nous défend. Pourtant, début janvier, un nouveau responsable, issu du monde managérial de Trasys, a pris les rênes du compte Ethias. L’espoir était à nouveau permis. Au commencement, nous avons pu constater un certain dynamisme pour défendre nos intérêts. Malheureusement, nous avons dans le même temps assisté au positionnement, sous la bienveillance de ce même responsable, de ressources nouvellement engagées par Trasys à des postes-clés alors que des compétences internes, connaissant de longue date le client, auraient pu relever ces défis. Parmi ces nouveaux fleurons de l’informatique, certains ne se gênent pas pour décrédibiliser NRB. Intolérable, d’autant plus quand ce même responsable cautionne de tels comportements. Il nous revient par ailleurs que cette tendance à placer physiquement des ressources de Trasys chez Ethias s’amplifie, car paraît-il, leurs collègues de NRB sont déjà tous affectés ou réservés (pour y parvenir, il suffit de maquiller les prestations afin de parfaire l’illusion). Présence physique de promoteurs NRB  chez le client qui est réclamée depuis longtemps par vos représentants. Ce même responsable, actuellement, n’arrête plus de démissionner…. à force d’être pris la main dans la confiture. Lamentable ! Quand on dit « Je démissionne » une fois, on peut dire que c’est sur le coup de l’émotion, mais comment rester crédible quand c’est récurrent ?  
  • Un bonne partie des SLA qui nous sont imposés par Ethias sont tout simplement irréalistes : autant payer directement les indemnités… Cela évitera d’inutiles tracas et pertes de temps.
  • Les contraintes actuelles sont tellement utopiques que nos équipes Ethias sont incapables de répondre à leur mission initiale : maintenir l’outil applicatif en état de marche. Peut-on réellement penser qu’en amputant les équipes de leurs experts-métier, qu’en dé-staffant à coups de hache ces mêmes équipes, nous sommes et nous serons capables de fournir un service non seulement identique, mais meilleur au client ? Un minimum de bon sens donne la réponse à la question, mais quelle place aura encore le bon sens dans ce désastre industriel en préparation.
  • En interne au sein du custom build Ethias et des services environnants qui en dépendent, c’est la déconfiture. La mise en place du Value Shift n’est que prétexte à de futurs licenciements… Pour rappel, fin 2014, la mise en place de l’excellence opérationnelle était la chance ultime pour NRB de redorer son blason face à son client historique Ethias. Malgré les mises en garde répétées du Setca, la direction a décidé de remettre les rênes de la nouvelle réorganisation au management  déjà responsable des réorganisations de 2007, 2011, 2014 (2X)… avec le succès que l’on connaît. 

Devons-nous continuer à être les spectateurs passifs de cette mauvaise pièce ? NON !!!

Si nous ne sommes pas solidaires dans le combat en cours et à venir, nous ne pourrons que récolter les fruits de ces errements : burnouts, dépressions et licenciements !!! 

C’est pourquoi vos représentants SETCa vous convient à une assemblée générale ce 20 juin à 12h30 :

  • Nous exposerons plus en détail la situation ;
  • Nous vous écouterons ;
  • Et ensemble, nous déciderons des actions à venir.

 Les modalités pratiques suivront en temps utiles.

 

Votre délégation SETCa

 

Open source productions